Les dernières informations sur les voyages, les langues et la culture par EF Education First
Menu

5 conseils pour voyager léger

5 conseils pour voyager léger

Je m’appelle Isabelle et je suis une spécialiste de l’excédent de bagages. Heureusement, je me suis entourée d’experts qui m’épargneront de suivre un programme en 12 étapes : grâce à leurs conseils sur l’art d’organiser un bagage de cabine, « hisser mes bagages à bord » ne sera plus un défi.

SIMON : EFFECTUER DES RECHERCHES ET PLANIFIER À L’AVANCE

Est-ce essentiel ? Est-ce utile ? Si je réponds oui à l’une de ces questions (ou aux deux), j’emballe alors l’article concerné dans mon bagage main : les papiers, l’argent, les appareils électroniques et certains vêtements voyagent tous avec moi en cabine. Si ma valise devait se perdre, j’aurais de quoi tenir, un jour ou deux, grâce au seul contenu de mon bagage à main. Avant de commencer à emballer mes affaires, je vérifie toujours les réglementations aériennes. Selon les compagnies, la taille, le poids et le nombre de sacs autorisés peuvent varier ; il vaut mieux effectuer quelques recherches à l’avance. Les restrictions de poids peuvent sembler ennuyeuses, toutefois, elles m’obligent à voyager léger, ce qui est loin d’être une mauvaise chose. Le type de sac dont je m’équipe dépend du genre de voyage que j’entreprends : pour un long week-end, je n’apporterai qu’un bagage à main ; pour des séjours prolongés, j’opterai pour un sac à dos robuste multi-usages, que je pourrai utiliser pour partir en excursion, une fois arrivé à destination.

NARAE : JAMAIS SANS MON KIT DE SURVIE

Si mon vol doit durer plus de six heures, j’emporte toujours des bouchons d’oreilles, un masque de sommeil et certains médicaments d’urgence comme les antihistaminiques ou les analgésiques. Si j’enregistre certains de mes bagages, je veille à emballer le « kit de survie » dans mon bagage de cabine : si mon bagage enregistré se perdait ou manquait le vol, j’aurais besoin de mon chargeur de téléphone, de sous-vêtements propres et d’une tenue confortable pour me changer et survivre un jour sans bagages. En principe, je ne m’inquiète pas du poids de mon bagage à main et y emballe parfois, intentionnellement, de petits objets assez lourds tels que des livres. Le hisser dans le compartiment supérieur est une opération (littéralement) douloureuse, mais c’est un moyen facile d’éviter les frais d’excédent de bagages. (Chut, surtout je ne vous ai rien dit !)

CHRISTIE : PRINCIPALEMENT LES OBJETS DE VALEUR ET LES MAILLOTS DE BAIN

Dans mon bagage de cabine, j’emporte principalement les articles indispensables et les objets de valeur. Si je dois me rendre directement à la plage, je glisse un maillot de bain dans mon bagage à main – c’est l’un des articles les plus ennuyeux à remplacer en cas de retard de bagages. Hormis cela, j’emporte beaucoup d’objets à assembler, afin de tirer le meilleur parti de la taille de mon sac. Enfin et surtout, je laisse toujours de la place dans mon bagage à main, juste au cas où je ferais du shopping dans ma ville de destination.

TOM : SENTIR BON ET AVOIR DE L’ALLURE

J’emporte toujours mes affaires de toilette les plus indispensables dans mon bagage à main. Pas vraiment pour le côté pratique, mais au cas où mon bagage serait perdu ou volé et que je n’aie nulle part où aller et doive survivre dans l’aéroport. J’aurais peut-être la vie dure, mais grâce à mon eau de Cologne, personne n’en saura rien. Je change de style de bagage à main tous les deux ou trois ans, mais cette saison, j’arbore un sac marin en cuir assez coûteux de chez Rowallan. La bandoulière étant cassée, je dois le porter à la main, mais cela ne fait qu’accentuer mon allure faussement bourgeoise. J’ai récemment commencé à rouler mes vêtements afin de mieux les répartir dans le sac et, jusqu’à présent, cela fonctionne bien. Bien sûr, il pèse désormais plus lourd que mon bagage enregistré et il ne faut surtout pas que le personnel de cabine l’apprenne, car il me l’enlèverait ; mais au moins, le hisser dans le compartiment supérieur vaut une séance d’entraînement gratuite.

KAISA : EXCELLER DANS L’ART DE L’EMBALLAGE POINTILLEUX

Dans mon bagage à main, vous trouverez toujours un sac zip-lock contenant tous mes (mini) cosmétiques et, lorsque je voyage également avec des bagages enregistrés, des vêtements de rechange et tous mes objets de valeur. Mon bagage à main de prédilection est une petite valise à quatre roues que peux faire rouler latéralement (au lieu de la tirer derrière moi) – cela me permet de me déplacer beaucoup plus rapidement dans l’aéroport. Pour tout y faire rentrer, je me suis perfectionnée dans l’art de l’emballage pointilleux : je n’emporte que des objets absolument nécessaires et planifie mes tenues à l’avance. Quels que soient vos vêtements, roulez-les afin d’éviter des tonnes de plis et utilisez des sacs en plastique ou en tissu pour séparer les différents articles. Rappelez-vous d’emporter un sac en plastique supplémentaire pour la lessive (vous ne voudriez pas que ce genre de produit ne se mélange avec le reste de vos affaires). Pensez également à toujours laisser un peu d’espace pour vos emplettes – il y a peu de chances que vous rentriez d’un séjour en ville sans quelques nouveaux articles pour votre garde-robe.

Partagez cet article

Derniers articles Voyage